De la prétendue exclusion laïque à la laïcité dévoyée de l’extrême droite, un langage de sourds entre le PQ et QS

Depuis plusieurs heures, le Parti québécois s’attelle à dénoncer la comparaison d’avec le Front national que le co-porte-parole de Québec solidaire, M. Andrés Fontecilla, aurait fait de celui-ci. Puisque le PQ ne prend pas la peine de citer l’extrait incriminé, pas plus que les militants qui relaient le communiqué de presse, le voici : « J’aimerais seulement faire remarquer que la France est loin d’être un exemple d’intégration. Les problèmes entre les communautés sont exacerbés par ces législations-là et je voudrais faire remarquer à M. Drainville que le thème de la laïcité a été approprié par la droite française et même l’extrême droite,[…]

Lire la suite →

Faire fausse route sur le chemin de la raison

Lettre publiée dans l’édition du 26 août 2013 du quotidien Le Devoir En tant que citoyen fermement attaché à la laïcité, sans qualificatif particulier, de l’état de droit moderne, j’ai la triste conviction que les élus du Parti Québécois risquent de faire fausse route quant à la « charte des valeurs ». D’abord sur le fond, car la laïcité est garante de l’égalité parmi les citoyens, quelle que soit leur obédience philosophique. Il est donc contre nature que l’on veuille figer juridiquement des valeurs. Celles-ci sont, par définition, évolutives : c’est le propre de nos sociétés libérales et la sociologie nous a amplement[…]

Lire la suite →

L’insupportable tentation de museler le travail du parlementaire

Texte cosigné avec Kévin Neuville et publié dans l’édition du 10 janvier 2013 du quotidien Le Devoir sous le titre « Monsieur Drainville, ne punissez pas les vire-capot! » On apprenait mercredi que le ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, réfléchissait à la possibilité de mettre en place des dispositions visant à freiner les ardeurs de ceux que l’on a coutume d’appeler, de façon bien peu élégante, les transfuges politiques, voire les vire-capot. Cette réflexion confine à l’échec pour trois raisons qui tiennent de la tradition démocratique, du fondement juridique et, enfin, du simple bon sens. Une marge de[…]

Lire la suite →