Pour que le numérique ne soit pas qu’un divertissement

Cette lettre a été publiée dans la section Opinion de l’édition du 17 juin 2019 du quotidien Le Devoir. Les auteurs commentent Le Devoir de philo publié le 8 juin dernier, « L’école à l’heure du divertissement numérique ». Penser le monde contemporain en s’inspirant d’un auteur est un exercice audacieux. Il peut être riche, s’il s’inscrit dans un dialogue intellectuel entre les faits, d’une part, et les sources textuelles et leurs exégèses, d’autre part. Il peut être risqué si l’on cherche à plaquer ses propres conceptions en ne mobilisant que ce qui arrange chez un auteur. L’oeuvre de Pascal ne se réduit[…]

Lire la suite →

Pas de neutralité religieuse à Montréal : la ville a-t-elle son mot à dire?

Chronique hebdomadaire à La Matinale de CIBL 101,5 Montréal Alors que le gouvernement de Philippe Couillard a annoncé ses intentions quant à la neutralité religieuse avec son Projet de loi 62, Denis Coderre a témoigné du rejet de ses dispositions, notamment en vertu du Projet de loi 121 « augmentant l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal, métropole du Québec ». Qui a raison?

Lire la suite →

Uber ou l’encéphalogramme législatif plat

Texte publié dans l’édition du 17 mai 2016 du quotidien Le Devoir Trois jours après le dépôt du projet de Loi 100 par le ministre des Transports Jacques Daoust qui, en pratique, revient à interdire Uber, les militants du PLQ ont forcé le premier ministre et son gouvernement à un curieux rétropédalage. En clôture du Conseil général du parti qui se tenait ce dimanche à Drummondville, Philippe Couillard a annoncé un « chantier sur l’économie du partage ». Uber et tant d’autres compagnies qui ont émergé ces dernières années autour du web participatif ont contribué à structurer une économie souterraine qui, jusque là, était par définition[…]

Lire la suite →

« D’égoïstes prévaricateurs »

« Si nous substituons, déclarait Mirabeau, l’irascibilité de l’amour-propre à l’énergie du patriotisme, les méfiances à la discussion, de petites passions haineuses, des réminiscences régulières à des débats réguliers, et vraiment faits pour nous éclairer, nous ne sommes que d’égoïstes prévaricateurs. » Il ressort alors du conflit social, qui a conduit au désastre de ce soir au Conseil de ville, que les deux principales parties manquent d’une sérieuse culture politique, car elle est avant tout une culture de l’écoute. Le respect dû aux travailleurs n’est pas moins respectable que celui que l’on doit aux institutions démocratiques. Toutefois, la question n’est plus[…]

Lire la suite →