Pour que le numérique ne soit pas qu’un divertissement

Cette lettre a été publiée dans la section Opinion de l’édition du 17 juin 2019 du quotidien Le Devoir. Les auteurs commentent Le Devoir de philo publié le 8 juin dernier, « L’école à l’heure du divertissement numérique ». Penser le monde contemporain en s’inspirant d’un auteur est un exercice audacieux. Il peut être riche, s’il s’inscrit dans un dialogue intellectuel entre les faits, d’une part, et les sources textuelles et leurs exégèses, d’autre part. Il peut être risqué si l’on cherche à plaquer ses propres conceptions en ne mobilisant que ce qui arrange chez un auteur. L’oeuvre de Pascal ne se réduit[…]

Lire la suite →

Refuser de céder aux obscurantismes

Texte consigné avec Julien Duquenne. Les quotidiens Le Figaro et la Voix du Nord annonçaient en début de semaine la décision de l’administration de Lille 2 d’annuler l’adaptation théâtrale de Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes du défunt caricaturiste Charb, mort sous les balles des minables frères Kouachi. D’abord sidérés par cette décision, nous tenions à marquer notre opposition ferme à l’égard de notre Alma Mater. Il y a un peu plus de 15 ans maintenant, nous contribuions à bâtir au sein de Lille 2 une organisation originale dans le panorama de l’enseignement supérieur. Ni tout à fait syndicat, ni simple association, mais certainement[…]

Lire la suite →

Quand Charlie pointe la lune…

Texte publié dans l’édition du 18 janvier 2016 du quotidien Le Devoir « Que serait devenu le petit Aylan s’il avait grandi ? Tripopteur de fesses en Allemagne » : le dessin de Riss au sujet de ce pauvre enfant mort sur une plage de Turquie l’an dernier, dans le Charlie Hebdo de cette semaine, suscite une nouvelle vague de polémique. Que l’on y voie une forme douteuse d’humour, c’est indéniable. Que l’on prête au dessinateur des intentions raciste ou sexiste, c’est stupide. Est-ce le produit d’un degré de rectitude plus élevé qu’autrefois ou d’un effroyable affaissement du niveau d’éducation aux médias, mais, lorsqu’on lit ces critiques,[…]

Lire la suite →

Les Britanno-colombiens en goguette de l’Écosse

Tandis que le peuple écossais est aujourd’hui appelé aux urnes pour déterminer, par voie de référendum, son avenir, il est regrettable que certains confondent la sympathie que l’on doit avoir pour un exercice démocratique avec un genre de projection morbide qui revient à vivre par procuration une démarche que l’on ne réussit pas à faire renaître au Québec. Cela est d’autant plus troublant pour ces pèlerins, acteurs politiques québécois de première ligne, eux-mêmes difficilement épargnables quant au doute qui nous habite. Bien sûr, il ne faut pas tout mélanger et apprécions à leur juste valeur ces initiatives individuelles épanouissantes que l’on découvre chaque jour dans les[…]

Lire la suite →

« À celui qui n’a rien, la patrie est son seul bien »

Texte publié dans sa version légèrement raccourcie dans l’édition du 12 juin 2014 du quotidien Le Devoir Jean Jaurès, homme de son siècle, au confluent de traditions sociales et politiques antagonistes, incarne on ne peut mieux la dialectique de ce que l’on théorisera et expérimentera ensuite sous le vocable de socialisme démocratique. Penseur autant qu’acteur, le « Grand Jaurès », a été de ces quelques rares qui ont procédé d’une certaine façon à la réunion de la réflexion et de l’action et payant ainsi de leur vie le poids de leur engagement désintéressé et total. Aussi, il n’est pas inopportun, nous croyons, de[…]

Lire la suite →