Un chercheur met en lumière les failles de la pensée critique des futurs enseignants

Par défaut
Le 5 juin 2019

Un chercheur en andragogie estime que la pensée critique des futurs enseignants est lacunaire, notamment pour déceler les informations frauduleuses ou la pseudoscience.

Les futurs enseignants sont-ils outillés pour aborder dans leurs classes des concepts comme les fausses nouvelles, la postvérité ou les théories du complot? «Quand on sait que le fait d’être enseignant ne prémunit pas contre des croyances comme l’astrologie, on peut se questionner», commente Florent Michelot, qui a entrepris au Département de psychopédagogie et d’andragogie de l’Université de Montréal un doctorat sur la pensée critique des étudiants en pédagogie sous la direction de Bruno Poelhuber (codirection : Sébastien Béland).

  Lire la suite sur le site de l’Université de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 20 =