Pour un regard critique sur le recours au numérique en éducation

Par défaut

Au-delà du soutien à l’enseignement et aux apprentissages, le numérique en contexte éducatif implique d’aborder un certain nombre d’enjeux (respect de la vie privée, impact environnemental, etc.) qui, malheureusement, restent dans l’angle mort de la pratique et de la recherche. Dans ce court papier, je souligne donc l’importance de développer un « regard critique » sur le recours au numérique en éducation, car « les travaux en sciences de l’éducation ne peuvent se borner à traduire plus ou moins explicitement une simple prescription vers davantage d’usage des TIC ».

la suite…

Discuter raisonnablement plutôt que de s’insulter

Par défaut

Ce texte est cosigné avec Sébastien Béland, professeur agrégé au Département d’administration et fondements de l’éducation, Université de Montréal.

Un balado regroupait récemment des gens discutant de l’impossibilité de raisonner ceux qui adoptent des positions antiscientifiques. Un intervenant disait même que la recherche montrait clairement qu’ils ne changeraient jamais d’idée, peu importe la nature des évidences qu’on leur apportera. Pour reprendre les termes de Francis Bacon, « l’entendement humain, une fois qu’il a épousé une opinion, conduit toutes choses à la soutenir et à s’y accorder ». Biais de subjectivité, biais d’ancrage ou biais de confirmation, les causes d’égarements de notre pensée sont nombreuses, non parce que nous sommes idiots ou que nous sommes de mauvaise foi, mais il s’agit de notre condition d’espèce. Le sociologue Gérald Bronner, ainsi que le biologiste et vulgarisateur scientifique Thomas C. Durand ont récemment publié des ouvrages tout à fait passionnants sur le sujet. Cependant, le fait de rester campé coûte que coûte sur nos positions n’est pas inéluctable.

>> Lire la suite sur le site du Devoir

Une visualisation de la notion d’alignement pédagogique

Par défaut

Au fil des mois au Centre de pédagogie universitaire, j’avais eu le plaisir de travailler, avec mon amie Guylaine Gauthier, sur une formation portant sur l’alignement pédagogique, c’est-à-dire le fait définir des objectifs réalistes et réalisables pour guider le choix des contenus et l’élaboration des activités pédagogiques et des activités d’évaluation. Le document suivant illustre l’importance de mettre en dialogue ces trois éléments.

«Mon travail peut-il être remis?» : la carte interactive pour éviter le plagiat

Par défaut

En lien avec la formation Faciliter la gestion des examens en prévenant le plagiat grâce à des stratégies de sensibilisation, j’ai mis à jour la carte « Mon travail est-il prêt à être remis ? » qui a été développée par l’équipe de conseiller·ères pédagogiques du Cégep Marie-Victorin. Cette carte est d’abord un outil d’aide à la prise de décision pour les étudiant·es et un outil d’autoévaluation sur le respect de la propriété intellectuelle. Elle peut aussi être abordée comme un moyen de formation et, surtout, comme un « contrat » avec l’enseignant·e. Ce·cette dernier·ère pourrait ainsi rendre obligatoire le dépôt de cette carte, une fois remplie, au moment du dépôt d’un devoir.

📎 Télécharger la carte

Formation « Faciliter la gestion des évaluations en prévenant le plagiat grâce à des stratégies de sensibilisation »

Par défaut

Le passage à la formation à distance (FAD), en tout ou partie, en mars 2020 a soulevé de nombreuses inquiétudes relatives au plagiat et à l’intégrité académique. Dans cette formation, développée avec mon collègue Jean-François Durnin[a]Bibliothécaire en science de l’éducation, psychopédagogie et andragogie, petite enfance et famille, administration et fondements de l’éducation​, nous proposons aux enseignant·es une boîte à outils de stratégies qui favoriseront la prise de conscience du plagiat par les étudiant·es​.

Cette formation présente aussi l’utilisation du document «Mon travail peut-il être remis?» : la carte interactive pour éviter le plagiat que l’on peut consulter et télécharger ici.

la suite…

Notes

Notes
a Bibliothécaire en science de l’éducation, psychopédagogie et andragogie, petite enfance et famille, administration et fondements de l’éducation​

« Développer notre hygiène numérique, un défi à relever »

Par défaut

Face aux défis posés par le temps d’écran, l’équipe de l’école Au pied de la Montagne (Centre de services scolaire de Montréal) m’avait invité, hier, à animer une petite discussion sur l’« hygiène numérique » au primaire [a]Un merci tout particulier à Karine Lussier, enseignante, pour cette invitation!. Celle-ci était destinée autant aux élèves qu’aux parents. Vous pouvez retrouver le diaporama de ma présentation ci-dessous.

la suite…

Notes

Notes
a Un merci tout particulier à Karine Lussier, enseignante, pour cette invitation!

Un outil d’autoévaluation des compétences pour manipuler certains outils numériques dans le cadre de cours

Par défaut

Par ce court questionnaire, développé dans le cadre de l’équipe « Pédagogie de la première session » du Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal [a]Cette équipe, encadrée par Julie Verdy, était aussi composée de Myriam Girouard, Mélanie Fortin et Frédéric Lapointe, nous avons souhaité mettre sur pied un outil d’autoévaluation du sentiment de confiance et compétence des étudiant·es pour manipuler certains outils numériques dans le cadre de cours (p. ex. MS Teams, Zoom, Moodle, etc.). Cet outil à deux principaux objectifs :

  • i) permettre à l’enseignant·e de dresser un portrait des habiletés numériques de ses étudiant·es vis-à-vis des outils numériques qu’il·elle compte employer, notamment en formation à distance : l’enseignant·e qui intégrera ce questionnaire à son espace Moodle (ou StudiUM à l’UMontréal) pourra consulter les résultats dans le carnet de notes ;
  • ii) contribuer à ce que les étudiant·es puissent « s’autoformer » vis-à-vis des outils avec lesquels il·elle se sent moins à l’aise : pour chacun des logiciels, des ressources sont en effet proposées pour en apprendre davantage sur ceux-ci.

Ce questionnaire a été mis sur pied avec les contributions notables de mes collègues du Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal, notamment Julie Verdy et Olivia Robinson : un wiki a été développé pour vous présenter le questionnaire et la procédure d’installation dans votre espace Moodle.

la suite…

Notes

Notes
a Cette équipe, encadrée par Julie Verdy, était aussi composée de Myriam Girouard, Mélanie Fortin et Frédéric Lapointe

Une carte interactive du Cadre de référence de la compétence numérique

Par défaut

J’ai déjà évoqué ici le Cadre de référence de la compétence numérique  : dans ce document gouvernemental élaboré avec le GRIIPTIC et dévoilé en 2019, nous avons souhaité décrire une compréhension de la compétence numérique qui va au-delà de l’approche « instrumentale » (p. ex. écrire un texte sur MS Word ou allumer son ordinateur) pour y inclure des dimensions telles que la pensée critique ou la culture informationnelle.

Le Cadre a depuis été intégré au nouveau Référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante . En d’autres termes, la compétence numérique ainsi décrite fera partie des éléments au cœur de la formation initiale et continue des enseignant·es québécois·es.

Pour s’y retrouver, je vous propose une petite visualisation de la « roue » des 12 dimensions du Cadre et de leur description. Cette carte cliquable a été réalisée avec l’application Web genially.

Ministère de l’Éducation. (2020). Référentiel de compétences professionnelles - Profession enseignante. Québec, Québec : Gouvernement du Québec. Récupéré de https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/education/publications-adm/devenir-enseignant/referentiel_competences_professionnelles_profession_enseignante.pdf
Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. (2019). Cadre de référence de la compétence numérique. Québec, Québec : Gouvernement du Québec. Récupéré de http://www.education.gouv.qc.ca/dossiers-thematiques/plan-daction-numerique/cadre-de-reference/

Le MOOC « Exercez votre esprit critique »

Par défaut

L’été dernier, l’équipe d’OpenClassrooms (une plateforme de cours de MOOC, c’est-à-dire de cours en ligne ouverts et massifs) m’a contacté afin de contribuer au développement du cours Exercez votre esprit critique.

Le mini-MOOC qui en résulte peut-être facilement suivit en consacrant environ six heures de votre temps. Il est animé par Marc Anyo et Camille Lakhlifi. Mon collègue et ami Jerry Jacques, professeur en Wallonie (Belgique) et spécialiste de la littératie médiatique et numérique, a lui aussi contribué au cours.

Pour en apprendre davantage, rendez-vous sur le site d’OpenClassrooms.

Des boîtes à outils pour favoriser la pédagogie en enseignement supérieur

Par défaut

Dans le milieu de l’enseignement supérieur, la pandémie de COVID-19 aura eu pour contrecoup de révéler les nombreux et grands défis relatifs aux apprentissages. Dans le monde, un très grand nombre d’établissements ont pris l’initiative de mettre sur pied des « boîtes à outils » pour améliorer les pratiques d’enseignement, à destination des chargé·es de cours et professeur·es. Dans ce diaporama, je présente quelques-unes d’entre-elles.