Un outil d’autoévaluation des compétences pour manipuler certains outils numériques dans le cadre de cours

Par défaut

Par ce court questionnaire, développé dans le cadre de l’équipe « Pédagogie de la première session » du Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal [a]Cette équipe, encadrée par Julie Verdy, était aussi composée de Myriam Girouard, Mélanie Fortin et Frédéric Lapointe, nous avons souhaité mettre sur pied un outil d’autoévaluation du sentiment de confiance et compétence des étudiant·es pour manipuler certains outils numériques dans le cadre de cours (p. ex. MS Teams, Zoom, Moodle, etc.). Cet outil à deux principaux objectifs :

  • i) permettre à l’enseignant·e de dresser un portrait des habiletés numériques de ses étudiant·es vis-à-vis des outils numériques qu’il·elle compte employer, notamment en formation à distance : l’enseignant·e qui intégrera ce questionnaire à son espace Moodle (ou StudiUM à l’UMontréal) pourra consulter les résultats dans le carnet de notes ;
  • ii) contribuer à ce que les étudiant·es puissent « s’autoformer » vis-à-vis des outils avec lesquels il·elle se sent moins à l’aise : pour chacun des logiciels, des ressources sont en effet proposées pour en apprendre davantage sur ceux-ci.

Ce questionnaire a été mis sur pied avec les contributions notables de mes collègues du Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal, notamment Julie Verdy et Olivia Robinson : un wiki a été développé pour vous présenter le questionnaire et la procédure d’installation dans votre espace Moodle.

la suite…

Notes

Notes
a Cette équipe, encadrée par Julie Verdy, était aussi composée de Myriam Girouard, Mélanie Fortin et Frédéric Lapointe

Une carte interactive du Cadre de référence de la compétence numérique

Par défaut

J’ai déjà évoqué ici le Cadre de référence de la compétence numérique  : dans ce document gouvernemental élaboré avec le GRIIPTIC et dévoilé en 2019, nous avons souhaité décrire une compréhension de la compétence numérique qui va au-delà de l’approche « instrumentale » (p. ex. écrire un texte sur MS Word ou allumer son ordinateur) pour y inclure des dimensions telles que la pensée critique ou la culture informationnelle.

Le Cadre a depuis été intégré au nouveau Référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante . En d’autres termes, la compétence numérique ainsi décrite fera partie des éléments au cœur de la formation initiale et continue des enseignant·es québécois·es.

Pour s’y retrouver, je vous propose une petite visualisation de la « roue » des 12 dimensions du Cadre et de leur description. Cette carte cliquable a été réalisée avec l’application Web genially.

Ministère de l’Éducation. (2020). Référentiel de compétences professionnelles - Profession enseignante. Québec, Québec : Gouvernement du Québec. Récupéré de https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/education/publications-adm/devenir-enseignant/referentiel_competences_professionnelles_profession_enseignante.pdf
Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. (2019). Cadre de référence de la compétence numérique. Québec, Québec : Gouvernement du Québec. Récupéré de http://www.education.gouv.qc.ca/dossiers-thematiques/plan-daction-numerique/cadre-de-reference/

Le MOOC « Exercez votre esprit critique »

Par défaut

L’été dernier, l’équipe d’OpenClassrooms (une plateforme de cours de MOOC, c’est-à-dire de cours en ligne ouverts et massifs) m’a contacté afin de contribuer au développement du cours Exercez votre esprit critique.

Le mini-MOOC qui en résulte peut-être facilement suivit en consacrant environ six heures de votre temps. Il est animé par Marc Anyo et Camille Lakhlifi. Mon collègue et ami Jerry Jacques, professeur en Wallonie (Belgique) et spécialiste de la littératie médiatique et numérique, a lui aussi contribué au cours.

Pour en apprendre davantage, rendez-vous sur le site d’OpenClassrooms.

Des boîtes à outils pour favoriser la pédagogie en enseignement supérieur

Par défaut

Dans le milieu de l’enseignement supérieur, la pandémie de COVID-19 aura eu pour contrecoup de révéler les nombreux et grands défis relatifs aux apprentissages. Dans le monde, un très grand nombre d’établissements ont pris l’initiative de mettre sur pied des « boîtes à outils » pour améliorer les pratiques d’enseignement, à destination des chargé·es de cours et professeur·es. Dans ce diaporama, je présente quelques-unes d’entre-elles.

Un retour d’expérience sur l’évaluation d’une formation des enseignants à la FAD dans le cadre de la crise de la COVID-19

Par défaut

Publié dans la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire/International Journal of Technologies in Higher Education, cet article cosigné avec B. Poellhuber, B. Bérubé et S. Béland expose le dispositif d’évaluation des formations du Centre de pédagogie universitaire et à destination des enseignant·es qui ont été mises en œuvre dans l’urgence des premières semaines de la pandémie.

Pour citer cet article :

Michelot, F., Poellhuber, B., Bérubé, B. et Béland, S. (2021). Retour d’expérience sur l’évaluation d’une formation des enseignants à la FAD dans le cadre de la crise de la COVID-19. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 18(1), 21‑31. doi: 10/gh3gd5

Stratégies pour mieux encadrer les étudiant·es à distance lors d’activités de lecture et améliorer leur littératie

Par défaut

Dans le contexte très particulier de l’enseignement (en tout ou partie) à distance qui résulte de la pandémie de COVID-19, d’aucuns ont constaté un accroissement du nombre de références données à lire en préparation des séances de cours. Il en résulte évidemment un défi de lecture pour les étudiant·es.

Au cours des deux dernières semaines, j’ai donc eu le plaisir de travailler avec mes collègues du CPU Elaine Charette et Mohamed A. Ali Benali sur un document visant à épauler les enseignant·es dans la mise en place de stratégies pour mieux encadrer leurs étudiant·es à distance lors de lectures.

Pour citer ce document :

Michelot, F., Charette, E. et Ali Benali M. A., (2021). Stratégies pour mieux encadrer les étudiant(es) à distance lors d’activités de lecture et améliorer leur littératie. Centre de pédagogie universitaire. https://cpu.umontreal.ca/fileadmin/cpu/documents/enseigner_distance/GUI-StratLect-V1-2021-02-04.pdf

Thèse de doctorat « Quelles pensée critique et métalittératie des futur·es enseignant·es à l’heure des fausses nouvelles sur le Web social ? »

Par défaut

Résumé de « vulgarisation »

Télécharger le fichier PDF sur le dépôt ouvert Thesis Commons

L’école est présentée comme un rempart aux fausses nouvelles, afin de former les citoyen·nes de demain à manipuler correctement l’information qu’ils rencontrent sur le Web et particulièrement sur les médias sociaux (Facebook, YouTube, etc.). Pour cela, il faut que les aptitudes de leurs enseignant·es soient à la hauteur de l’enjeu. Cependant, on sait que le fait d’avoir un diplôme universitaire n’est pas synonyme de rationalité et d’esprit critique, y compris chez les enseignant·es. Il importe donc que celles et ceux qui vont enseigner disposent des techniques adéquates.

Dans cette recherche, nous avons notamment comparé la performance à un test d’esprit critique de futur·es enseignant·es en formation initiale à Namur (Université de Namur) et Malonne (Henallux) en Wallonie (Belgique), à Bordeaux (Université Bordeaux-Montaigne) en France et, finalement à Montréal (Université de Montréal et Université du Québec à Montréal), au Québec (Canada). Ce sont les Québécois·es qui disposent d’un niveau moyen plus élevé que leurs homologues wallon·nes et français·es. Il·elles se sentent aussi plus confiant·es sur leur propre esprit critique et sur leur capacité à évaluer correctement de l’information, ce qui laisse supposer que la confiance en soi permet de prédire les habiletés en esprit critique. Cependant, on se rend compte que d’autres aspects entrent en ligne de compte ; par exemple, le fait de travailler en dehors de l’université semble aussi façonner ces habiletés, de même que la capacité à s’imaginer devenir enseignant·e après ses études. Dans leurs pratiques, toutefois, on se rend compte que les stratégies mises en œuvre pour évaluer l’information sont limitées. Certes, il·elles sont en mesure de nommer plusieurs de ces stratégies, mais il·elles n’en mobilisent que quelques-unes. Chez les étudiant·es qui suivent une formation professionnelle à l’enseignement, il·elles vont surtout se remettre en cause, douter d’eux·elles-mêmes. Chez celles et ceux qui suivent une formation dans une discipline spécifique, il·elles vont plutôt suivre des critères d’évaluation, des genres de listes de vérification (checklists).

Nous concluons d’abord de cette recherche qu’il est important de pouvoir se projeter dans son avenir professionnel pour développer comment l’on va mettre en œuvre son esprit critique, ce qu’une formation offrant des stages en milieu scolaire aidera. Il reste cependant important de bâtir des formations spécifiques pour développer l’esprit critique et pour apprendre à manipuler correctement l’information, car les formations actuelles ne suffisent pas.

Lay summary

School is presented as a shield against fake news, as a training for tomorrow’s citizen to correctly handle the information they find on the Web and particularly on social media (Facebook, YouTube, etc.). To this end, their teacher’s skills have to be up to the challenge. However, it is known that having a university degree is not equivalent to being rational and thinking critically, even among teachers. It is therefore important that those who are going to teach have the proper techniques at their disposal.

In this research, we compared the performance to a critical thinking test of preservice teachers in Namur (Université de Namur) and Malonne (Henallux) in Wallonia (Belgium), in Bordeaux (Université de Bordeaux-Montaigne) in France and, finally in Montreal (Université de Montréal and Université du Québec à Montréal), in Québec (Canada). Quebecers have a higher average level than their Walloon and French counterparts. They also feel more self-confident on their own critical thinking skills and on their ability to correctly evaluate information, suggesting that self-confidence is a predictor of critical thinking skills. However, we realize that other aspects come into play; for example, working outside-campus seems to also shape these skills, as well as the ability to imagine oneself becoming a teacher after graduation. In their practices, though, we found that the strategies used to assess the information are limited. While they are able to name many of these strategies, they mobilize only a few. Students following a vocational training will mostly doubt and question themselves. Students trained in a specific discipline will rather follow a series of evaluation criteria, like a checklist.

Our first conclusion is that it is important to be able to project oneself into one’s professional future to develop one’s critical thinking skills and how to implement it. A training that includes internships in school environment would help in that matter. However, building specific training in critical thinking remains important to learn how to handle information correctly as current training is not sufficient.

Pour citer cette thèse :

Michelot, F. (2020). Quelles pensée critique et métalittératie des futur·es enseignant·es à l’heure des fausses nouvelles sur le Web social ? Une étude de cas collective en francophonie [thèse de doctorat, Université de Montréal]. Thesis Commons. https://doi.org/10.31237/osf.io/3aufb

Les défis du passage à la formation à distance en contexte de crise

Par défaut

Dix mois après le début de la pandémie, nous commençons à disposer de données empiriques sur les défis relatifs au passage rapide à la formation à distance. Voici le diaporama d’un atelier donné pour le Centre de pédagogie universitaire et qui visait à interroger les expériences passées pour en tirer parti et ainsi adapter notre enseignement en conséquence.