« Le vrai pouvoir, c’est la connaissance »

Par défaut

Il serait donc désormais avéré que l’Institut de la statistique du Québec mettra sous peu la hache dans son site hébergeant la Banque de données des statistiques officielles sur le Québec (BDSO). Après le démantèlement, au bout du compte, de la vocation de recueil de données sérieuses de Statistique Canada par l’abandon du questionnaire long de recensement, c’est évidemment une détestable nouvelle pour la prise décision éclairée. Une de plus.

D’abord, sur la forme, puisque les données recueillies par l’ISQ sont le produit de l’administration et sont financées à même les contributions de tous les citoyens, il y a lieu de s’interroger sur une décision qui va à l’encontre du mouvement général de libération des données. Les données de l’ISQ ne comportent rien qui puisse compromettre la raison d’État et ne contiennent pas plus de données confidentielles qui mettraient à mal la vie privée des Québécois. Afin d’illustrer ce repli à contre-courant, citons notamment le classement Global Open Data Index, produit par la World Wide Web Foundation, qui a ainsi rétrogradé le Canada de la 12e à la 22e place mondiale en ce qui concerne l’ouverture des données au public, entre 2013 et 2014. Rien à voir donc avec les prétentions de « Gouvernement ouvert » formulées par l’exécutif actuel.

Ensuite, et surtout, il y a lieu de dénoncer les conséquences désastreuses de cette décision. Le fait d’envisager de faire payer le demandeur pour accéder aux données procède de cette même lente marche vers la conception mercantile du rôle de l’État où ce dernier traite les citoyens comme des usagers ou pis, des clients. En outre, cette résolution conforte la mécanique anti-intellectuelle d’une partie des acteurs de notre scène politique. Se confortant dans le culte du « gros bon sens », on voudrait nous faire croire qu’il est inutile de développer une pensée nuancée et argumentée puisque la pensée magique de l’évidence coulerait de source. Malheureusement pour eux, la réalité est plus complexe et c’est justement ce que l’accès libre aux données de l’ISQ nous permettait d’effleurer. On connaît la justesse du bon mot de Francis Bacon, l’un des pères de la méthode empiriste : « le vrai pouvoir, c’est la connaissance ». Universitaires, associations, partis politiques, chercheurs indépendants ou acteurs économiques : en tuant la BDSO, le gouvernement vient désarmer ceux qui auraient l’outrecuidance de vouloir discuter (la disputatio) le discours ambiant.

Laisser un commentaire